fontsizedown
fontsizeup
0 réaction

Amicale de Lyon : notre voyage au Puy du Fou.

Voyage au Puy du Fou du 6 au 9 septembre 2017.

Les 45 amicalistes ont dû se lever tôt pour être transportés par notre conducteur Michel de Michel Voyages : difficile d’oublier son prénom ! Pour nous mettre en forme, un copieux petit déjeuner nous est offert sur la route, à Thiers. En revanche, nous passerons rapidement sur le repas du midi pris à Lussac-les-Châteaux qui ne restera pas dans les annales.
Arrivés à COULON, capitale de la Venise Verte, au coeur du Marais Poitevin, nous partons explorer le « marais mouillé » en barque conduite à la « pigouille », sorte de perche de 4 à 5 m de long. Très pittoresque, le marais, constitué d’innombrables bras d’eau, offre des ciels lumineux, une flore riche et diversifiée avec ses prés bordés de peupliers,de saules et de frênes, et une faune composée notamment de vaches, moutons et ragondins.

JPEG - 140.5 ko
JPEG - 135.4 ko

Après cet intermède bucolique et reposant, nous reprenons la route en direction de la Vendée et de Fontenay-le-Comte pour nous installer à notre hôtel, Le Fontarabie.
Les 2ème et 3ème jours sont entièrement consacrés au Puy du Fou. Le groupe se disloque par affinités pour que chacun puisse vivre les aventures à son rythme jusqu’aux repas du soir pris en commun sur le site.
Le Grand Parc du Puy du Fou, c’est un tourbillon de très grands spectacles : des Romains aux Vikings, des mousquetaires aux chevaliers, tous les héros de légende enchaînent chorégraphies et cascades dans un ballet unique d’effets spéciaux et de surprises. Entre les différents spectacles, la nature et les 1000 animaux du parc offrent une bouffée d’oxygène, et les villages « 1900 », « XVIIIème » et « médiéval », avec leurs artisans d’art en costume d’époque sont pittoresques.
Tous les spectacles sont plus merveilleux les uns que les autres, mais tout le monde est époustouflé par Le Dernier Panache, création de 2016 qui a reçu le prix Thea Award de la « Meilleure Création du Monde » en avril 2017 ! Assis dans une salle qui tourne à 360° autour du décor et des scènes, nous suivons le destin glorieux de CHARETTE, le chef vendéen le plus renommé. Officier de marine, héros de la guerre d’indépendance américaine, les vendéens le mirent à leur tête en 1793. Il résista pendant 3 ans aux armées républicaines avant d’être fait prisonnier. Condamné à mort, il fut fusillé à Nantes le 29 mars 1796.
La première soirée est consacrée au spectacle nocturne « Les Orgues de Feu ». Sur le vieil étang du Puy du Fou, les musiciens apparaissent dans leurs costumes de lumière. Ils font danser muses et farfadets dans une symphonie fantastique et romantique d’eau et de feu.
La deuxième soirée, prometteuse, est consacrée à la mythique Cinéscénie, le plus grand spectacle de nuit au monde avec ses 2000 acteurs, ses 24000 costumes, et une scène de 23 hectares. Las, un 2001ème acteur va jouer les troubles fête : le temps. Nous affrontons une terrible tempête, nous subissons un véritable déluge, et malgré les ponchos et les sacs poubelles, rares sont celles et ceux qui réussissent à rester au sec. Nous restons stoïques, et nous profitons malgré tout de ce magnifique spectacle indescriptible, tout en compatissant pour ces 2000 acteurs bénévoles qui nous ont réjouis et qui ont subi encore plus que nous les intempéries du moment. Par magie, la pluie cesse dans le final, les 13800 spectateurs peuvent enfin sortir leurs mains des poches, et les applaudissements fusent à l’unisson.
J’invite les lecteurs de cet article à ne pas passer à côté d’une sortie au Puy du Fou : vous y vivrez un moment INOUBLIABLE, en France, dans un endroit unique au monde.
Après une courte nuit à l’hôtel, nous prenons le chemin du retour et consacrons une partie de la matinée à la visite des Mines d’Argent des Rois Francs à Melle, dans les Deux-Sèvres. Nous parcourons 350 mètres de galeries creusées dans un calcaire minéralisé en galène argentifère. Ces sont les plus anciennes mines d’argent visitables en Europe, exploitées du VIIème à la fin du Xème siècle, à l’époque de Charlemagne.
Nous prenons ensuite un bon déjeuner à Confolens et retournons sur LYON, où chacun vaquera à ses occupations la tête remplie d’inoubliables souvenirs.

Rédaction Alain MENARD - Photos : Mireille BAGNEUX - Martine RTIVET



Portfolio


Information icon.svg Cliquez sur une vignette pour agrandissement et diaporama