Amicale de MELUN - Sortie à REBAIS/DOUE Jeudi 17 Novembre 2016

17 novembre 2016 : MAISON DE L’IMPRIMERIE ET BUTTE DE DOUE

Nous étions 28 participants à nous être retrouvés à REBAIS, dans le nord-est du département, pour visiter la MAISON DE L’IMPRIMERIE. Ce Musée est installé dans l’ancienne gare du bourg, désaffectée depuis 1943 après un bombardement qui a entraîné la fermeture de la voie ferrée. Il a été crée par Mr Jacques DRIOT, l’ancien imprimeur du pays, épaulé par quelques bénévoles, tous ont « bourlingué » dans les divers domaines de l’imprimerie. Les lieux sont quelque peu exigus et nous étions plutôt serrés, mais si nous nous imaginions voir simplement fonctionner les quelques vieilles machines, la visite va bien au-delà et s’est avérée passionnante, à l’écoute des explications de nos 3 guides, professionnels passionnés, sur les différents métiers du livre et de la presse. Au fil des questions, nous avons eu un panorama allant de la fabrication du papier, au fonctionnement des machines d’imprimerie à plat (les cartes de visites, factures, faire-parts, ...etc), des rotatives offset et hélio (les livres, revues et journaux), jusqu’ à l’impression des emballages de luxe (une belle collection d’emballages de whiskies et champagnes à titre d’exemples). Nos hôtes nous ont rappelé, avec nostalgie, qu’il y a encore peu d’années, notre département était un leader dans ces métiers, avec entre autres les 4 usines ARJOMARI de la vallée du Grand-Morin qui fabriquaient des papiers haut de gamme, y compris celui des billets de banque, BRODARD GRAPHIQUE à Coulommiers (livres et revues), DIDIER à Lizy sur Ourcq (revues et presse), DEVOISSELLE à Melun (emballages cartons), toutes unités de production aujourd’hui disparues, qui employaient chacune des centaines de personnes. Parmi les vieilles machines qui ont fonctionné devant nous, la plus impressionnante a été pour moi la linotype, machine de composition des textes. A partir d’un clavier très particulier, dont chaque touche libère une matrice de caractère, celles-ci vont s’assembler pour former une ligne entière qui se grave dans du plomb liquide, les matrices rejoignant ensuite automatiquement la réserve de caractères pour être réutilisés à l’infini pour la suite du texte : sachant qu’un bon opérateur tapait 100 caractères à la minute, chaque touche déclenchant le parcours d’une matrice, la fabrication de telles machines avec les moyens du début du 20éme siècle est une merveille de précision mécanique. Et ce passé n’est pas si lointain, puisque la photocomposition n’est apparue que dans les années 1970. En tous cas, merci à nos hôtes de témoigner de ce passé récent.

Cette visite passionnante ayant largement dépassé la durée initialement prévue, c’est avec retard, et la faim au ventre, que nous nous sommes rendus au restaurant LE SAINT-ELOI à DOUE. Dans une salle agréable, nous y avons dégusté un excellent repas, avec comme à chaque rencontre une ambiance conviviale dont témoignait le brouhaha habituel.

Ne restait plus alors qu’à gravir LA BUTTE DE DOUE, sommet de 180m quand même !!, en haut duquel se trouve l’église SAINT-MARTIN, flanquée du cimetière du bourg. Une Association de Sauvegarde a entrepris depuis plusieurs dizaines d’années la restauration de l’édifice, qui était en bien piteux état dans les années 1950. C’est Mme Simone BERTIN qui nous a fait découvrir l’église, ses caractéristiques et ses particularités, l’une d’entre elles étant qu’elle est particulièrement lumineuse, alors que vue de l’extérieur elle paraît très austère, juchée en haut de la colline.

Ainsi s’est terminée la dernière sortie touristique de notre Amicale pour cette année 2016, nous nous retrouverons vendredi 16 décembre pour notre habituel banquet, au restaurant LE GERMENOY à VAUX LE PENIL, en banlieue de MELUN. Amitiés à toutes et tous.

Organisation et textes : Jean LEGOUGE – Reportage photos : Liliane BOURASSIN



Portfolio


Information icon.svg Cliquez sur une vignette pour agrandissement et diaporama




  • Amicale de MELUN - Sortie à REBAIS/DOUE Jeudi 17 Novembre 2016
    14 décembre 2016, par Gigon Michel

    En remerciement à l’inItiateur de cette journée et pour compléter le reportage photos, quelques lignes extraites d’une intéressante brochure, de l’Association pour la Sauvegarde de l’église de Doué. Créée en 1961, à l’initiative de Dovinsiens (1), elle aide financièrement la commune dans son entreprise de restauration de l’édifice, lourde et indispensable, toujours en cours.

    « A l’intersection de 3 tronçons de voies antiques, la Butte de Doué, qui est un point géodésique du réseau de la carte de France, résulte d’un dépôt de sable issu du retrait de la mer qui couvrait le Bassin Parisien ».

    « Pour Rabelais, qui fait voyager Gargantua et qui lui prête le rêve de modeler la Terre, c’est le contenu de sa hotte, remplie de terre argileuse qui collait à ses sabots, qui est à l’origine de la Butte de Doué ».

    « L’édification de l’église [la lanterne de la Brie] dédiée à Saint Martin, débute au 13ème siècle, avant de souffrir, au fil des ans, des aléas dévastateurs de l’Histoire et du climat, et ce, malgré de multiples réfections et consolidations, entreprises avant et depuis son classement aux Monuments Historiques en 1922 Nouvellement restaurés, les lieux offrent une belle santé, tout en restant sous surveillance ». Quelques tilleuls centenaires ajoutent à l’endroit, un bel écrin de sérénité, magnifié par une vue panoramique.

    « Dans le cimetière adjacent, repose le Général-Comte Louis Auguste Juvénal de Harville des Ursins. Dernier seigneur de Doué, il figure »proche« de Joséphine de Beauharnais, au »premier plan« du »Sacre de Napoléon« , la célèbre peinture de Louis David ».

    En lisant cette brochure, je me suis rappelé, au vu des dessins et des photos prises à différentes époques, le triste état de ce lieu qui fut l’un de tes terrains de jeu d’enfance. Merci encore, Jean, pour ce joli cadeau de Noël avant l’heure.

    (1) Habitants du village de Doué, qui porta successivement les noms, de Duensis en 1001, Duva en 1107, Dova vers 1180, Duvium vers 1185, Doe avant 1220, Doue en 1250, Doua en 1363. Dans la basse latinité, les expressions Duva, Dova, Doa, correspondent à : douve, fossé, lieu marécageux...