Copropriétaires des 30 glorieuses !

Mes chers amis,

La condition de retraités fait des envieux. C’est pourquoi elle est qualifiée par bon nombre, à commencer par les journalistes, de situation de nantis. C’est un raccourci un peu rapide contre lequel il ne faut pas craindre de s’élever.

Les aînés ont certes profité des trente glorieuses (1946 à 1975), période durant laquelle la croissance a été multipliée par quatre et demi, mais ils peuvent en revendiquer la copropriété. En effet, beaucoup des amis retraités ont contribué à cette forte avancée, ils ne rechignaient pas à la tâche.

Pour faire le parallèle avec l’époque actuelle, un rappel n’est pas inutile. Après la guerre, la population commençait à travailler bien souvent avant 18 ans, voire parfois avant 16 ans, afin de répondre aux besoins de reconstruction et de développement du pays. La durée de travail était alors de 45 heures par semaine, auxquelles il convient d’ajouter les heures supplémentaires quasi obligatoires. Elle n’est passée à 39 heures qu’en 1980 et à 35 heures en 2000. L’allongement des congés payés a été un peu plus rapide, ils ont été portés à 3 semaines en 1956, à 4 en 1968 et à 5 en 1982. C’est d’ailleurs l’évolution des congés payés cumulée à la réduction du temps de travail qui conduit en 1981 à la création d’un ministère du temps libre. Il n’a pas survécu à la risée de nos voisins européens.

C’est au moment où peut-être il aurait dû être pérennisé que l’âge légal du départ en retraite a été abaissé. En 1982 il passe de 65 ans à 60 ans. La puissance publique a été obligée de revenir sur le sujet en raison de la conjugaison de l’apport de la main d’œuvre extérieure, de l’entrée tardive dans la vie active et d’une espérance de vie de plus en plus longue.

Tous, par manque de temps et de moyens immédiatement disponibles, avons connu une époque où la capacité de consommation était moindre. Aujourd’hui la recherche de l’amélioration du bien-être n’est qu’un juste retour des choses et les reproches adressés aux retraités n’ont aucun fondement.

Quant au montant des retraites, en euro constant, il est chaque année un peu raboté mais vraisemblablement dans des proportions insuffisantes pour que perdure uniquement un régime par répartition. Régime pour lequel, sur un même laps temps, les cotisations permettent le paiement des pensions. La revalorisation des cotisations employeur et salarié à inévitablement ses limites. Prélevées durant toute une vie professionnelle, partant d’une durée d’espérance de vie de 20 ans en moyenne à l’âge de la cessation d’activité, les dites cotisations devraient permettre aux retraités de vivre décemment. Malheureusement les règles actuelles ne sont pas les mêmes pour tout le monde et les uns paient pour les autres. A quand le régime universel ?

A l’époque actuelle, les seniors, de plus en plus nombreux, sont ouverts aux changements. Ils ont évolué dans leurs représentations de la société. Ils ont un état de santé plus satisfaisant, une sociabilité qui se diversifie et s’enrichit : aider les enfants et les petits enfants, participer au monde associatif, … sans parler d’une adaptation réussie aux nouvelle technologies.

Aussi, chers amis, sachez que vous constituez une force dont doivent et devront tenir compte les dirigeants de notre pays. Soyez optimistes et profitez de la période estivale, ponctuée de quelques vacances, pour oublier les moments difficiles de toute une année.

Bon été.

Pierre Lefeuvre





  • Copropriétaires des 30 glorieuses !
    13 juillet 2016, par Pradier Robert

    Effectivement, travail au CL dès 17 ans 1/2, y compris le samedi matin, par la suite des heures supplémentaires non comptabilisées (retour de démarche) sans compter les caisses fausses et les pointages jusqu’à ce que l’erreur soit trouvée ! Pas de pose cigarettes, pas de RTT, moins de congés... qui sont les privilégiés ? Merci de ce rappel cher Président et bon été à tous.
    Robert.

  • Copropriétaires des 30 glorieuses !
    6 juillet 2016, par jean.marc.l.morin@gmail.com

    Rappel bienvenu de la force que représente les retraités lorsqu’ils savent s’organiser et oublier le chacun pour soi.

  • L’édito du Président de la Fédération
    4 juillet 2016, par Evelyne

    Bravo et merci Pierre pour cet édito, je partage complètement ton avis ! Les retraités sont devenus « la vache à traire » de nos dirigeants alors que beaucoup ont de maigres retraites après des années de travail et ainsi que tu le dis avoir contribué à l’économie du pays !
    Article à diffuser largement au delà de notre Fédération.
    Bel été à toi aussi.

  • L’édito du Président de la Fédération
    4 juillet 2016, par Chauveau Gérard

    Oh combien je partage cet édito ! Tous ces médias, et en particulier les journalistes, sont très forts dans ce genre de message propre à déstabiliser la jeunesse par rapport aux « Anciens ». Pour l’anecdote, c’est ainsi qu’un journaliste avait fustigé les Anciens Combattants à qui il reprochait tous leurs avantages ( sic ) financiers ! J’avais fait une réponse sévère à ce monsieur pour lui demander quels étaient ces avantages afin que j’en profite, car je les ignorait, et lui avait rétorqué que lui aussi avait des avantages, réels ceux-là, au niveau de sa déclaration fiscale. Fort mécontent de ma réaction, il avait été jusqu’à me téléphoner pour exprimer son courroux...
    Ne nous laissons pas abattre par cette diatribe de la part de ceux qui qui profitent de la société actuelle dont nous avons été les acteurs et fondateurs.
    Bravo Pierre pour un texte qui mériterait une diffusion plus élargie qu’au niveau de notre Fédération.

    Gérard Chauveau

  • L’édito du Président de la Fédération
    4 juillet 2016, par Michel Berteau

    Merci Président d’avoir effectué ce rappel.

    • L’édito du Président de la Fédération
      4 juillet 2016, par Daniel Goddyn

      Ah ça c’est « ben vrai »